Architecture Kandinskienne ou l’art de capturer les points de fuite. Part I.

English version

 

Une œuvre d’art n’expose pas une vérité préétablie, elle incarne une vérité vécue.

André Maurois.

 

D’abord je souhaite un Bon jour à tout le monde

Si vous lisez mon blog depuis un moment vous savez que de temps en temps je fais des articles dans lesquels je propose un même look sur deux personnes à la morphologie différente.

Ces personnes sont mes proches, Mesdemoiselles Jordane et Fayçalath que j’ai présenté ici Avril 2015 et ici Pictures by Nafissath Abdoulaye.

Je vous propose donc aujourd’hui un look avec un ensemble quasi identique porté par les filles.

D’abord je vous présente la pièce principale, la jupe beige imprimée qui est particulière pour moi.

Cette jupe est du 100% N’sqol de A à Z car l’imprimé est aussi mon travail.

Ces 15 dernières années j’ai créé énormément d’imprimés (douze milles environ) que je compte exploiter dans un futur proche pour mes créations et j’envisage de vendre certains tissus avec mes imprimés ce qui est entre autre un des projets sur lequel je travaille en ce moment.

Comme tout créateur ce que je fais s’inspire de ce que je suis et surtout ce que je vois, particulièrement de la manière dont je perçois les choses.

Je me déplace en fauteuil électrique, donc ma vision des choses est toujours dans les points de fuites.

Chaque décor que j’aperçois est continuellement sous différentes perspectives parce-que je roule et que ma vision balance toujours entre un plan rapproché et un plan éloigné et c’est assez intéressant pour l’imaginaire en plus d’avoir ce sentiment que tout est en mouvement en permanence.

Le fauteuil électrique a ça d’intéressant.

Les objets souvent se présentent comme s’ils flottaient dans l’air et il en est de même pour le paysage urbain, les immeubles et autres architectures. Parfois j’ai la sensation que les immeubles vont s’écrouler sur moi.

C’est sans doute pour toutes ces raisons que j’ai une passion pour le design et l’architecture.

Je peux passer des heures à photographier des immeubles ou des angles de rues et je fais de même pour les objets à la découpes particulières qui m’entourent.

Même si je suis limitée dans mon déplacement (en terme d’accessibilité des lieux) j’ai la chance vu la hauteur à laquelle je me déplace, de percevoir les choses différemment et c’est agréable honnêtement de ne pas avoir une seule lecture d’un lieu ou d’un objet.

Ma vision est en continu dans la mise en abime de formes donc ça nourrit sans cesse mon imaginaire et les possibilités infinies que j’ai pour créer.

Je pense (voire je sais) que c’est la particularité de ma situation qui m’a fait aimer immédiatement les œuvres de Kandinsky ou de Joan Miro qui sont les peintres de l’abstrait et d’ailleurs Kandinsky est le fondateur de l’art abstrait.

Wassily Kandinsky en 1933 par Hugo Erfurth
Wassily Kandinsky en 1933 par Hugo Erfurth

Voici quelques œuvres de Kandinsky

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Voici également un portrait de Joan Miro et quelques une de ses œuvres.

Joan Miro
Joan Miro

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.


L’art abstrait n’étant pas le sujet de mon article je ne m’étends pas dessus mais si vous êtes sensibles à ce sujet documentez-vous sur l’abstraction dans l’art.

Jordane si tu lis cet article, cours à la médiathèque de Nantes … Hahaha je vois ta tête d’ici!

Étant nourrie de toutes ces influences et cette observation de mon environnement j’ai commencé à réaliser d’abord sur des toiles des constructions géométriques puis j’ai continué avec mon ordinateur car j’avais mal aux bras.

L’inconscient étant notre disque dur interne, il m’a suffit de faire appel à lui pour reproduire ce qui émergeait de l’observation de mon environnement, de ce cadrage rétinien de ce qui m’entoure.

Voila comment j’ai commencé à faire de l’art numérique de manière instinctive grâce aux brouillons d’imageries dans mon inconscient. L’art numérique me permet aussi de me libérer de l’angoisse que l’architecture et le paysage génère en moi.

N’étant pas valide et ayant cette sensation que tout va s’effondrer sur moi sans que je puisse contrôler mon corps et fuir en prenant mes jambes à mon coup, je reprends en quelque sorte le contrôle de ce décors labyrinthien en le retranscrivant et en le rendant moins angoissant grâce à la surenchère de couleurs ludiques, vives, douces…

C’est donc une de mes œuvres numériques inspirée des points de fuites observées dans mon quartier que j’ai imprimé sur du tissu car je trouvais que portée ça donnerait une autre lecture à ma recherche dans la mesure où l’œuvre serait en mouvement et qu’il y aurait des jeux d’ombres et de lumières.
Picture by Nafissath Abdoulaye

Le résultat me plait beaucoup et je souhaite dans le futur aller plus loin dans cette démarche en pensant le tissu.

C’est donc un projet à suivre dont je vous parlerai…

Donc, suite à la conception de cette jupe patineuse avec ce tissu made by N’sqol, j’ai demandé aux filles de me prêter leurs corps pour vous montrer le résultat.
Picture Nafissath Abdoulaye

D’abord j’ai utilisé comme décors mon travail qui est en résonance avec ce que je perçois de mon environnement et que j’ai tenté de transcrire en art numérique.

Les tableaux ont été réalisés par moi et la fresque au mur a été faite par Jordane et moi.

J’ai demandé à Jordane de m’aider car je fatigue vite et elle a la générosité d’être l’extension de mon corps de temps en temps en suivant mes indications quand mon corps ne me répond plus et que je n’arrive plus à avancer si ce que je dois faire est en hauteur.

On a reproduit et fusionné sur du papier deux de mes arts numériques et je voulais que le résultat soit un éclatement de formes géométriques et je pense que nous avons atteint le but.

Maintenant il est temps que je vous parle des tenues des deux univers construits autour.

Le 1er look porté par Fay laisse la place à la jupe et pour cela j’ai utilisé des accessoires dont le rendu font un peu nude (neutre) sur Fayçalath.

Fay étant très grande (plus d’1m80) la petite paire de bottines achetées sur La Redoute ne lui coupent pas la jambe.
Picture by Nafissath Abdoulaye

Sa tenue mélange deux tendances, le look un peu preppy et le style arty.

Ce look raconte les influences d’une jeune femme sage mais originale qui assume de porter un imprimé inattendu pour une jupe. La pièce est associée à un top marron très simple à col bateau.
Picture by Nafissath Abdoulaye

Pour finir le look nous avons utilisé une capeline achetée aux Galeries Lafayette qui va divinement bien à Fay et qui donne une touche un peu bohème, un peu arty ou mystérieuse à Fay selon la manière dont elle la porte.

Création et stylisme par N’sqol/Design & stylism by N’sqol ; Vêtements portés par le modèle Fayçalath/Clothing worn by the model Fayçalath

J’ai choisi un cadrage de telle sorte qu’on ait l’impression que Fay est une des danseuses de Degas afin de mettre l’accent sur un univers artistique.

Edgar Degas, Paris, 1912, photographié par Albert Bartholomé
Edgar Degas (1834–1917) surtout connu pour ses peintures et sculptures. Photographié par Albert Bartholomé, 1912

Ci-dessous quelques œuvres d’Edgar Degas

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Création et stylisme par N’sqol/Design & stylism by N’sqol ; Vêtements portés par le modèle Fayçalath/Clothing worn by the model Fayçalath

J’aime assez le résultat pour ma part. Vous vous en pensez quoi?

Création et stylisme par N’sqol/Design & stylism by N’sqol ; Vêtements portés par le modèle Fayçalath/Clothing worn by the model Fayçalath

 

Dans le deuxième look que vous pourrez voir dans l’article suivant Jordane a l’âme russe.

Picture by Nafissath Abdoulaye

En attendant je vous laisse avec une petite vidéo de Fay dans cette jupe.

Retrouvez moi sur   1-instagram   2-facebook   3-twitter   4-lookbook

Pictures by Nafissath Abdoulaye

Design & stylism by N’sqol

Toutes les photos et contenus de ce blog sauf mentions contraires, sont propriétés exclusives de l’auteur (N’sqol/Nafissath Abdoulaye). Merci de me contacter si vous désirez vous servir de mes photos ou textes.
Selon l’art. 9 du Code Civil tout abus des droits à l’image sera poursuivi sans avertissement.

Un commentaire sur « Architecture Kandinskienne ou l’art de capturer les points de fuite. Part I. »

  1. A reblogué ceci sur À l'aurore je suis néeet a ajouté:
    Bonsoir bonsoir,
    Aujourd’hui N’sqol vous parle d’une jupe à l’imprimé très spéciale sur son blog puisque cet imprimé est l’une de ces œuvres numériques.
    Une fois de plus la jupe est portée sur deux morphologies différentes
    Pour en savoir plus Rdv sur son blog dès maintenant pour deux nouveaux articles autour de cette superbe jupe.

    Très bonne soirée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s