Non je n’aime pas que le passé même s’il s’invite toujours dans mon esprit. La preuve est… II

English version

 

II : OR 

Et c’est réellement le cas de le dire car tout ce qu’il touche se transforme en or

 

QUI EST OLIVIER ROUSTEING ?

…………………………N'sqol - Balmain - Olivier Rousteing N'sqol - Balmain - Olivier Rousteing

Bonjour à tous.

Aujourd’hui suite et fin de mon article sur la maison Balmain et son évolution au fil du temps.

Hier j’ai parcouru les changement artistiques qu’il y a eu chez Balmain depuis sa création que vous pouvez relire ici Pierre Balmain.

Olivier Rousteing est la première personne à laquelle on pense aujourd’hui quand on évoque cette  grande maison de haute couture.

Au vue de tout ce qu’il a apporté visuellement et la perception qu’on pense avoir de lui (car tout n’est qu’interprétation subjective) je me suis dit qu’il méritait un article qui lui serait juste consacré.

L’ami Wikipédia en dit peu sur lui et j’ai trouvé ça très bien car ça m’a permis de réaliser que même s’il est hyper populaire sur les réseaux sociaux et tout particulièrement instagram sur lequel il est suivi par plus de 3,5 million d’abonnés, il n’en demeure pas moins un homme assez mystérieux.

Sur Wikipédia j’ai appris le b.a.-ba dont il parle dans ses interview qui est le fait qu’il ait été adopté et qu’il a vécu dans une famille aimante.

Il a aussi été le plus jeune directeur artistique engagé dans une maison de haute couture à l’age de 25ans et c’est vraiment impressionnant.

Comme certains de mes amis il est diplômé de ESMOD qui est l’école supérieure des arts et techniques de la mode.

Plusieurs villes en France ont des écoles ESMOD et Olivier Rousteing est diplomé de celui de Paris.

Après l’obtention de son diplôme (que je suis certaine il a obtenu avec les félicitations du jury ou peut-être pas d’ailleurs…) il est parti vivre 5 ans à Rome et il y a été styliste chez Roberto Cavalli.

L’expérience a pris fin lorsqu’il fut contacté par la maison Balmain en quête d’un nouveau directeur artistique après le départ de Christophe Decarnin dont je vous ai parlé hier dans la 1ère partie de mon article.

C’est donc ainsi que riche d’une expérience de 5ans, chez Roberto Cavalli, qu’Olivier Rousteing arrive dans la maison Balmain en tant que directeur artistique à tout juste 25 ans.

C’est incontestablement un bon choix que la maison a fait vu la personnalité de l’artiste qu’il est.

Pour certains Olivier Rousteing c’est le grand ami de la famille Kardashian et tout particulièrement Kendal mais en même temps c’est normal dans la mesure où elle est mannequin.

Olivier Rousteing et Kendal Jenner
Olivier Rousteing et Kendal Jenner

C’est aussi le créateur méga people car il poste souvent des selfies avec des célébrités et que ça donne l’impression que sa vie est une succession de fêtes permanentes et de frivolités.

J’insiste sur le « ça donne l’impression » parce-que pour moi il est surtout un bon communiquant et qui peut mieux représenté sa propre création que son créateur.

Ce n’est pas parce-qu’on fréquente des peoples qu’on est pour autant dépourvu de richesses existentielles. D’ailleurs qui dit que « les peoples » sont des gens creux? L’image est trompeur et les médias se chargent de nourrir l’agora de phantasmes et la majorité d’entre nous les avalons tels des loups que nous sommes d’ailleurs. Ceci dit il y a surement des célébrités qui sont à la masse mais bref c’est pas le sujet de toute manière!

Je me recentre sur OR.

Pour ma part, Olivier Rousteing derrière ce visage « juvenile » se cache un artiste plutôt torturé à l’univers assez sombre qu’il poétise.

Il est très beau, avec un visage d’éphèbe qui exprime toujours une force tranquille mais avec une véritable inquiétude dans le regard et même un soupçon de tristesse.

N'sqol - Balmain - Olivier Rousteing

En tant que photographe j’observe sans cesse les expressions faciales et certaines m’interpellent plus que d’autres surtout si ce qui transparait d’abord c’est une esthétique qui semble (en apparence) parfaite même si la perfection n’existe pas.

Chez lui cette beauté (quelque peu androgyne) porte en lui quelque chose de triste, de mélancolique voire avec une pointe de tiraillement selon les photos.

C’est donc ces choses qui émanent de lui qui m’ont donné envie de suivre son travail mais de m’arrêter qu’à ça.

Je n’ai jamais été sur son instagram pour ne pas me nourrir de supputations et c’est parce-que j’écris cet article que j’y suis allée et même si j’y ai vu de très belles choses je ne pense pas que j’y retournerai parce-que c’est un lieu sur lequel même s’il partage un peu de ce qu’il est et de sa vie il fait essentiellement un très bon travail de communiquant et pour moi parfois ce qu’on fait n’est pas forcément que ce que nous sommes.

Ce qui nous habite (et nous habille) se trouve dans l’indicible, dans l’imperceptible qu’on peut lire dans la manière dont nous transcrivons notre « moi » quand on produit quelque chose et qu’y a t’il de mieux que la mode pour raconter ce récit interne et silencieux.

Je « lis » Donc Olivier Rousteing à travers ses créations et son visuel.

Bien entendu l’influence de Pierre Balmain est présente dans l’imagerie de « la construction » de cette femme frondeuse et toujours dans l’air du temps mais Olivier Rousteing a apporté une dimension plus amazone et plus guerrière à la femme d’aujourd’hui.

La majorité de ces mannequins portent en elles quelque chose d’androgyne (qu’on retrouve aussi chez Olivier Rousteing dans son physique), elles ont les épaules solides et larges comme si elles portaient (portent) tout le poids du monde. Elles sont conquérantes, dominantes, INDÉPENDANTES, mais restent femme et n’expriment pas pour autant quelque chose de castrateur.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

C’est génial d’avoir conçu des œuvres articulées de cette manière et d’avoir su savamment dosé.

Pour moi Olivier Rousteing est un génie et un immense artiste/créateur. C’est un performeur et un architecte du visuel .

Bien qu’actuelles ses créations ont toujours comme point de départ un passé oublié mais cristallisé en gardant une dramaturgie dans la construction.

Je dis ça en regardant le récit de chaque vêtement dont les motifs sont empruntés à différentes époques comme les robes à l’architecture baroque et rococo.
D’ailleurs les deux se ressemblent énormément. Le baroque est beaucoup plus dans la dramaturgie que le rococo qui est plus exubérants.

Ci-dessous, quelques exemples de motifs baroque et rococo

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

Les robes Balmain sont donc exubérantes et font dans la surenchère mais ce n’est pas perceptible car les couleurs sont monochromes et ça confère à la silhouette une puissance indiscutable comme vous pouvez le voir ici.

Olivier Rousteing - Balmain - automne hiver 2016/2017 Ici, on dirait une femme qui a traversé le temps, de la cours de Louis xv à nos jours.
Olivier Rousteing – Balmain – automne hiver 2016/2017
Ici, on dirait une femme qui a traversé le temps, de la cours de Louis xv à nos jours.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Dans ces créations on sent une vrai tension grâce au travail de tissage que les « petites mains » ont effectué avec minutie. Je n’imagine même pas les heures de travail sur chaque pièce.

D’ailleurs on ne rend pas assez hommage aux petites mains et pourtant c’est elles qui sont derrière tous ces défilés majestueux. Prochainement je le ferai car elles le valent bien.

Fin de la digression.

Je pense que de sa vie en Italie il est revenu avec ces influences du décorum d’églises italiennes et de son architecture. Je pense également que cette surenchère de la vie se raconte en lui et qu’Olivier Rousteing porte en lui la poésie du désespoir mélancolique. La vie c’est ça d’ailleurs quand on y réfléchit bien. Je le dis sans amertume aucune et sans dépression hostile. Je nomme juste un état de fait.

Dans d’autres créations la femme est plus fragile, plus sensuelle tout en gardant son essence de conquérantes. Elle a l’air offerte mais en réalité elle contrôle. Il mixe la transparence et la rigidité.

On oscille en permanence entre le dévoilement et l’opacité. Sur certaines robes j’ai l’impression d’être une spectatrice derrière un moucharabieh. Vous pouvez l’observer ci-dessous.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

J’en profite pour ajouter quelques photos de Moucharabieh

moucharabieh traditionnelmoucharabiehmoucharabieh 01
Pour finir je dirais que ce qui caractérise la femme Balmain c’est son coté amazone des temps moderne et universel. Elles me font penser à Jeanne D’arc et ne semblent avoir besoin de rien ni de personne. Dans les pièces vu un peu plus haut dans l’article je retrouve beaucoup ça.
Ainsi que dans sa collection capsule pour H&M qui a eu un immense succès international.

Olivier Rousteing - Balmain pour H&M en 2015
Olivier Rousteing – Balmain pour H&M en 2015

 

Pour la collection Balmain homme les mêmes codes sont repris et l’androgynie est toujours perceptible. Personnellement j’ai une légère préférence pour la collection homme à cause de la coupe, des matières à l’épaisseur visuel (comme le velours). J’aime aussi l’abondance et la superposition des pièces qui confèrent un coté armure protecteur à la silhouette. Les silhouettes semblent tout droit sorti de guerres et paix de Tolstoï ou Anna Karénine.

Elles me font aussi penser au Comte de Monte Cristo d’Alexandre Dumas ou au splendide film Lawrence D’Arabie .

En somme l’homme Balmain est aussi un conquérant et clairement les deux sexes sont sur le même piédestal.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

C’est donc pour toutes ces raisons qu’il me semblait évident de dédier un article à Olivier Rousteing qui est sans conteste un iconoclaste qui ne ne joue pas les élitistes comme si au dessus de la haute couture c’est le soleil.

Je vous laisse donc avec quelques images de lui en compagnie de célébrités, mais j’insiste on ne peut pas le résumer à ça mais surtout on ne doit pas le résumer à ça.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La question que je me pose c’est combien de « ses amis » seront là si jamais il chute (et je ne lui souhaite pas) comme John Galliano qui depuis a renait de ses cendres ou Christophe Dercarnin qui était l’ancien directeur artistique de Balmain???

Sur cette interrogation je me retire car je pense qu’il est temps que j’aille réveiller ma curiosité ailleurs.

Prenez soin de vous et j’aime définitivement la couleur OR.

 

Je vous embrasse.

 

Retrouvez moi sur   1-instagram   2-facebook   3-twitter   4-lookbook

 

Toutes les photos et contenus de ce blog sauf mentions contraires, sont propriétés exclusives de l’auteur (N’sqol/Nafissath Abdoulaye). Merci de me contacter si vous désirez vous servir de mes photos ou textes.
Selon l’art. 9 du Code Civil tout abus des droits à l’image sera poursuivi sans avertissement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

One thought on “Non je n’aime pas que le passé même s’il s’invite toujours dans mon esprit. La preuve est… II

  1. A reblogué ceci sur À l'aurore je suis néeet a ajouté:
    Bonjour,
    Je vous invite sur le blog de N’sqol pour la suite et fin de son article sur la maison Balmain. Aujourd’hui son article est dédié à leur directeur artistique actuel, Olivier Rousteing.
    Bonne lecture et bon mardi !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s