L’art et la matière II


Rédigé par N'sqol

 

 

 

 

English below.

Salut salut les lecteurs (in)visibles!

J’espère que vous vous portez à merveille.

« se porter bien » c’est une expression que je trouve drôle à chaque fois lorsque je la dit et j’ai toujours le sentiment d’être bête car je ne vois pas ce qu’on peut porter d’autre que soi et donc forcément savoir bien se porter sinon on meurt.
C’est bien parce-que nous nous portons que nous existons.

Houlala on dirait bien que je me crois dans un cours de philo sur le cogito.
Je laisse encore divaguer ma pensée donc je vais m’arrêter là pour aujourd’hui…

Enfiiiiiiiiin bref!

Revenons au vrai sujet qui nous intéresse, la mode, le look du jour.

S’il y a bien quelque chose qui qualifie les êtres vivants doués de la faculté de penser (en tout cas pour ceux qui en ont l’immense chance et en font bon usage) c’est bien la somme d’interdictions que nous nous imposons tout le long de notre vie.
Nous sommes nos propres gardiens et nous nous servons des interdictions pour légitimer le manque de témérité de vivre.

Vous vous demandez où je veux en venir? Vous allez vite le savoir car le look du jour est en lien direct avec mon propos.
Aujourd’hui on fait une plongée directement dans une toile du Douanier (Henri de son vrai prénom) Rousseau.
Oui, les motifs de cette jupe me font penser aux peintures « naïves » de Rousseau.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

On a cette impression d’atterrir au fin fond de la jungle et qu’on va du coup gouter à la liberté absolue car seule au monde, délivrée du jugement social et des contingences liées à nos pseudos vies trépidantes de société moderne, hyper-active.

Pauvre Douanier Rousseau! Ses peintures ont étés nommées art naïf (injustement à mon avis) par les artistes de l’époque qui trouvaient ses représentations picturales enfantines d’une jungle qu’il n’a jamais connu, vu qu’il n’a jamais quitté la France.

Quel est le rapport avec les interdictions que l’être humain s’inflige me diriez-vous?
Eh bien il se trouve dans les imprimés de cette jupe et le port du débardeur.
Picture by Nafissath

Il fut un temps Jordane n’aurait jamais osé porter une jupe fourreau et encore moins ce type d’imprimés car trop visibles et forts en détails.


Elle s’interdisait ce genre de choses car elle s’était convaincue que quand on a un peu trop de hanches, un peu trop de formes, un peu trop de tout (en somme qu’on est un être humain) il valait mieux se fondre dans la masse et éviter de se faire remarquer en portant des vêtements aux détails trop « prononcés ».
Histoire de ne pas changer une équipe qui gagne (je parle de la team des complexées) elle ne voulait même pas mettre un débardeur car qui dit grosse dit gros bras, donc truc immonde, repoussant et flasque.

Picture by Nafissath
La vache c’est fou ce qu’on peut se faire comme mal et j’en sais quelque chose moi qui parle de Jordane et qui m’interdis tout un tas de choses et je peux dire que des personnes ont admirablement contribué à la construction de mes propres complexes.
Bon ça c’est un autre débat!

Je ne dis pas que ça se passe forcément dans la tête mais je pense qu’il est important d’apprendre à se percevoir tel qu’on est vraiment au lieu de se construire des anamorphoses mentales.

La quête de la perfection a fait naître la dysmorphophobie ce qui malheureusement conduit à cette incroyable faculté de s’infliger des interdictions qui conduisent à l’accroissement de complexes de plus en plus exponentiels.

Pour ma part je trouve que cette jupe et ses imprimés lui vont à merveille ainsi que ce débardeur qui dévoile des bras qui pour moi n’ont ab-so-lu-ment rien de particulier.

Alors vous en pensez quoi de cet ensemble, cette jupe tout droit sortie d’une peinture du Douanier Rousseau?

J’ai imposé ce look à Jordane qui l’a porté pour aller à Paris car je tenais à lui montrer qu’elle est une femme adulte et qu’elle est donc libre de ces choix et ses envies mais surtout que personne ne la regarderai comme une bête curieuse. Cette tenue a semble t-il eu un énorme succès donc je crois que ma mission est remplie.
Sur ces quelques mots je me retire un court temps afin de réfléchir à d’autres imprimés que je travaillerai histoire de proposer de nouvelles tenues et de briser les idées reçues qui empêchent d’avoir la témérité de vivre.

Belle semaine à vous.
N’sqol.

 

 

Hello hello unseen readers

I hope you perfectly.

« stand good » is an expression that I find it odd every time when I said, and I always feel stupid because I do not see what can be other than itself and thus Learn necessarily do well if you die.
This is because, as we carry that we exist.

Houlala It seems that I believe in a philosophy course on the cogito.
I let my thoughts wander again so I’ll stop here for today …

In shoooooooort!

Back to the real topic that interests us, fashion, look of the day.

If there is one thing that characterizes living beings endowed with the faculty of thought (at least for those who have the great opportunity and make good use) it is the sum of prohibitions that we impose throughout our lives.

We are our own wardens and we use bans to legitimize the lack of temerity to live.

Wondering where I’m coming from? You will soon know because the look of the day is directly related to my speech.
Today we made a scuba directly into a painting of the Douanier (whose real name Henri) Rousseau.
Yes, the printed matter of this skirt make me think of paintings « ingenuous » of Rousseau.

This was seemed to fall deep in the jungle and we will of the coup taste the complete freedom since only in the world, delivered from judgment and social contingencies related to our hectic lives of pseudo modern society, hyper-active.

Poor Rousseau! His paintings have summers named naive art (unfairly in my opinion) by the artists of the time who found his childish pictorial representations of the jungle he has never known, as it has never left France .

What is the relationship with the prohibitions that man inflicts How about me?
Well it is in the print of this skirt and wearing tank top.

There was a time Jordane would never dare to wear a pencil skirt and still less such as printed matter too visible and strong detail.
She prevented these things because she was convinced that when I was a little too hip, a few too many forms, too much of everything (in short it is a human being) it was better to blend into the crowd and avoid getting noticed by wearing the details too « pronounced ».
History does not change a winning team (I mean the team complex) it would not even put a tank top that says big as said big arms, so something filthy, repulsive and flabby.

The cow is crazy what you can do as bad and I know something about me talking Jordane and forbid me a lot of things and I can say that people have contributed admirably to the building my own complex.
Good that’s another discussion!

I’m not saying it’s necessarily in the head but I think it is important to learn to perceive themselves as they really are instead of build mental anamorphosis.

The pursuit of perfection gave rise body dysmorphic which unfortunately leading to this amazing faculty of impose restrictions leading to the increase more and more complex exponential.
For my own part I find that this will printed matter skirt and her perfectly well that tank top that reveals arms for me have ab-so-lute-ly nothing special.

So what do you think of this set, this skirt straight out of a painting of Henri Rousseau?

I look at this imposed Jordane who has put to go to Paris because I wanted to show her that she is a grown woman and is therefore free of these choices and desires but also that nobody will watch as a curious beast. This outfit seems he had tremendous success so I think my mission is fulfilled.

With those few words I retreat a short time to reflect on other printed material that I will work with the aim of propose new outfits and break down the myths that prevent them from having the temerity to live.

Beautiful week to you.

N’sqol

Sur « À l’aurore je suis née » :

Click Here
Click Here
N'sqol
L’Art et la Matière, chapitre I.

 

 


Toutes les photos et contenus de ce blog sauf mentions contraires, sont propriétés exclusives de l’auteur (N’sqol/Nafissath Abdoulaye). Merci de me contacter si vous désirez vous servir de mes photos ou textes.
Selon l’art. 9 du Code Civil tout abus des droits à l’image sera poursuivi sans avertissement.

2 thoughts on “L’art et la matière II

  1. Coucou Naf,

    J’ai manqué de temps pour passer mais halala je me régale, mon dieu la première jupe que l’on voit est une vraie merveille.
    Où dégotes tu ces tissus ? j’aimerais tellement voir des choses comme ça en vente !!! C’est magnifique encore une fois.

    Je t’embrasse.

  2. A reblogué ceci sur et a ajouté:

    Bonjour, j’espère que vous allez bien.

    Vous vous souvenez de cet article ?
    Je vous propose un petit retour en arrière avec ce look fait en 2014.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s